Brian K. Vaughan (scénario)
Pia Guerra (dessin)

logo1

Bonsoir, bonsoir
Pour ma part, j’inaugure la partie ouest de la BD, c-à-d le comics !!
Non pas que je sois grand connaisseur, mais je me dois de vous parler d’une série qui vaut vraiment le détour.
Y, the last man est donc une série éditée chez Vertigo aux US, filiale de DC comics abordant des thêmes plus adultes que DC, et dont la parution s’est étalée de septembre 2002 à juillet 2007.
C’est donc une histoire complète qui comprend 60 « épisodes » qui sont regroupés en 10 volumes.
En France, la parution est actuellement en cours, le n°8 vient de sortir en avril dernier. Le rythme de parution peut nous laisser espérer avoir la conclusion dans moins d’un an.

Le pitch de départ est ce qui m’a fait acheter le premier tome :
Une catastrophe d’origine inconnue conduit à la mort de l’ensemble des mâles sur terre! Ne reste donc plus que les femmes qui vont tenter de survivre sur une planète désormais vouée à l’extinction à plus ou moins long terme.
Mais en fait, tous les hommes ne sont pas morts : Yorick, le personnage principal, et son singe, Esperluette, mâle lui aussi, sont les seuls représentants masculins à avoir survécus, sans que l’on ne sache pourquoi.
C’est donc ces deux derniers porteurs du chromosome Y que l’ont va suivre principalement tout au long de l’histoire.

Scénario : 18/20
L’histoire est tout simplement excellente. A partir du point de départ, les auteurs entraînent Yorick dans un enchaînement d’évènements dans lequel il tente tant bien que mal de survivre.
En arrière plan : l’explication de la survie de Yorick, avec aussi la présentation de la situation post-apocalyptique dans laquelle les femmes tentent de reconstruire une société.
Le ton alterne entre l’humour et le drame, l’équilibre entre action et sentiments est très bien dosé.
D’une manière générale, l’ambiance est résolument adulte, ça tue, ça baise, les insultes fusent, c’est parfois très violent, complétement barré mais aussi parfois très cul-cul!

Les personnages sont très bien travaillés :
Yorick est désabusé, très ironique sur sa propre situation, et carrément casse-cou, ce qui le fait régulièrement prendre des risques inconsidérés au vu de sa situation
(c’est quand même le seul être capable de repeupler la planète : ça pourrait faire réver plus d’un mec !!)
De nombreux autres personnages sont importants, et l’on en rencontre régulièrement d’autres que l’on suit sur quelques épisodes.
Ils sont tous intéressants à voir évoluer, notamment grâce à des dialogues aux petits oignons, certaines répliques de Yorick sont magistrales.
De plus, les environnements et situations sont suffisamment variés pour ne pas tomber dans l’ennui.

Graphisme : 13/20
C’est un peu là où le bât blesse.
En effet, le graphisme fait très (trop) « comics », avec un dessin assez simple et des couleurs basiques.
Les fonds sont presque toujours unis, très peu (pas) de dégradés.
Bref, il ne faut pas lire Y pour son graphisme, c’est une certitude.

Remarque : les premières pages des différents chapitres (les pages qui doivent servir de couvertures lors de la parution chapitres par chapitres aux US) sont généralement splendides, elles sont pour le coup beaucoup plus travaillées, dommage que l’ensemble de la série ne soit pas comme ça !

Bilan : 17/20
Alors oui, je sais, la moyenne de 18 et de 13 ne fait pas 17, mais si vous savez apprécier les bonnes histoires en étant pas trop regardant sur le dessin, cette série est juste géniale.
Évidement je me garde mon avis final une fois que j’aurais lu la conclusion qui je l’espère sera à la hauteur du reste !
En tout cas, si comme moi vous pensiez que le comics se résumait à une déclinaison d’histoires de super héros en collant occupés à sauver les pauvres citoyens en détresse, il faut découvrir cette série qui vaut réellement le détour !

A noter : une adaptation cinéma serait dans les tuyaux.
Elle serait prise en charge par D.J. Caruso, réalisateur de Paranoiak (2007) et de L’Oeil du mal (2008), avec selon les dernières rumeurs Shia LeBoeuf pour incarner Yorick… hum hum…

Une réponse à to “Y, the last man”

  • Rob dit :

    J’les ai lu jusqu’au 8, et j’ai chopé les deux derniers tomes en anglais. J’aurai aimé spoiler un peu parce que je sais que tu adores ça, mais finalement j’les ai même pas lus… Toujours est-il que ce comic est un très très gros morceau, moi qui suit très dur au niveau du dessin, j’avoue que j’ai adoré simplement pour l’histoire. Comme le dit si bien Nico, on ne s’ennuie pas car les aventures de Yorick, se succèdent en séquences diamétralement opposées : drôles ou sérieuse, de pure réflexion ou d’une bêtise profonde, et surtout, car c’est ça aussi qui fait vendre, tendre ou violente. S’en ai même parfois déconcertant, c’est comme si on à un moment, on coupait une chanson de Motörhead pour passer à Benny Hill^^
    Donc bon, pour quelqu’un qui a lu les 8 premiers à la suite, difficile d’accepter de s’arrêter pour attendre la fin

Laisser un commentaire

Bienvenue !

Sur ce blog, nous vous proposons nos avis sur les bandes dessinées que nous avons lues et/ou achetées et nous postons sur la bande dessinée en général.

Créations en tout genre
Visitez le blog de ma chérie, il est plein d'objets sonores, et délires décoratifs !

Pour plus d'infos, allez sur Créations en tout genre
Contact
Nos collec' (BDovore)
Où acheter ces BD ?