Le Groom vert-de-gris sur www.fnac.com

Le Groom vert-de-gris sur www.fnac.com

de Yann et Olivier Schwartz

Je m’attaque ici à un gros morceau : le Groom vert-de-gris, cinquième opus d’adaptations des aventures de Spirou et Fantasio dessinées par d’autres auteurs que leurs « officiels ».

On retrouve Spirou au Moustic Hotel alors que la Belgique est sous l’occupation allemande. Le Moustic Hotel est alors réquisitionné et devenu le siège de la gestapo, notre groom cire donc les bottes fascistes, habillé du vert nazi réglementaire, d’où le titre de cet album. Le scénario s’enchaine très bien avec l’épisode précédent de la série, l’excellent Spirou, Journal d’un ingénu déjà chroniqué. Cependant, sachez bien que ce scénario avait été écris il y a déjà quelques années par Yann, alors qu’il travaillait aux côtés du génial Chaland, mais non publié.

Reprenons, Spirou est aux bottes des nazis, mais bien qu’il les cire, il ne les lèche pas : il est activement engagé dans la résistance sous le nom de code d’ « écureuil wallon ». Son statut de groom au siège même de la gestapo le transforme en effet en informateur de premier ordre. Fantasio lui-même n’est pas au courant (et on comprend bien pourquoi quand on sait combien il a la langue bien pendue). Il est pourtant lui aussi résistant, alors qu’il travaille comme journaliste au quotidien Le Soir (journal réquisitionné par les nazis pour lequel Hergé dessinait, rappelons-le sans lancer de polémique…).

Scénario : 11/20

Le scénario est très bon, je dois l’avouer et Yann n’est pas le dernier des nuls, loin de là (Les Innommables, Poison Ivy, Les Eternels, Pin Up, quelques Lucky Luke entre autres). Cet album est bourré d’humour et de références, belges tout d’abord avec des expressions très typiques, mais aussi sur la bande dessinée en général. On croisera Quick et Flupke (les deux garnements d’Hergé) poursuivis comme à leur habitude par l’agent 15, Clark Kent quasiment près à se changer en Superman, le docteur Müller de Tintin, et d’autres personnages habitués de la bulle. On rencontra aussi des personnages historiques comme Anne Franck (sous le prénom d’Audrey), des chefs nazis inspirés de portraits réels, et on parlera encore et toujours d’Hergé (alors, collabo ou pas ??).

Le Groom vert-de-gris sur www.fnac.com

Le Groom vert-de-gris sur www.fnac.com

Si c’est si bien, pourquoi cette note me direz-vous ? Je ne sais pas trop en fait…Il manque un petit quelque chose, et puis trop c’est trop : les auteurs en finiraient presque par se décrédibiliser en voulant placer une référence à chaque coin de page, on en lirait presque plus cette BD pour les clins d’œil que pour l’histoire, qui est pourtant bien tournée et très drôle. Tom m’a demandé quand je lui ai parlé de cette lecture, si ce n’était pas parce que je m’attendais ou je recherchais un « Journal d’un ingénu 2 », peut-être bien. Il est clair en tous cas que cet album à bénéficié du succès d’Emile Bravo.

J’avais lu un très bon (et long) article sur cet album dans Casemate n°15 (pages 50 à 61) agrémenté d’une interview très complète des deux auteurs, et c’ets ce qui m’avait poussé à acheter cette BD quelques semaines plus tôt que prévu. Résultat je m’en veux un peu… Je vous conseille cependant de lire cet article.

Bref, on rigole pas mal, on adore les référence (même si ertains s’en lasseront vite), donc ça reste sympa au niveau du scénario.

Le Groom vert-de-gris, planche ne noir et blanc sur http://les-mangeurs-dimages.blogspot.com

Le Groom vert-de-gris, planche en noir et blanc sur http://les-mangeurs-dimages.blogspot.com

Graphisme : 17/20

Chapeau Schwartz ! Le graphisme est le très bon point : Schwartz, l’utilisant déjà pour son célèbre Inspecteur Bayard, maitrise ici le procédé de la ligne claire (pour les néophytes, très rapidement, ligne claire = contours des objets d’un trait noir, colorisation par aplats, deux couleurs ne se touchent pas directement, pas de dégradés) en digne descendant d’Hergé et surtout, de Chaland. Il utilise toutefois quelques ombres pour donner un peu de profondeur à ses dessins mais ça ne pet qu’apporter encore plus à la qualité de son travail. Les décors sont très travaillés et s’inspirent de photographies et d’archives d’époques, si on ne le sait pas, on le devine car ses rues ses immeubles ses voitures sont époustouflants, on s’y croirait.

Bilan : 14/20

Bon j’ai piqué ma crise dans la partie scénar’ en essayant d’expliquer ce qui m’avait déçu parce que je ne pouvais pas le faire ailleurs (je ne pouvais résolument pas le faire sur la partie graphisme) mais ne vous y trompez pas, c’est une très bonne bande dessinée. Et elle vaut le coup autant à la lecture qu’à l’achat. A noter pour les collectionneurs que la couverture pour les allemand sera différente de notre version française à cause de l’interdiction de faire apparaitre une croix gammée en une ou en couverture.

Si vous avez lu ou acheté les trois précédents tomes de la série, n’hésitez pas à nous en parler en commentaires ou dans un article…

Pensez-vous comme moi que Le Groom vert-de-gris est moins bon que Spirou, le Journal d’un ingénu ?

Une réponse à to “Spirou et Fantasio : 5. Le Groom vert-de-gris”

  • Rob dit :

    je suis vraiment trop ignare ^^ En trainant sur le site d’Yslaire dans le but de préparer un article sur son excellent diptyque « Le ciel au dessus de Bruxelles » et de revérifier la date de sortie du non moins prometteur « Ciel au dessus du Louvre », j’ai re-découvert que Balac et que Yann ne faisaient qu’un…
    Du coup j’ai mis le post sur Sambre à jour. Quel scénariste prolifique et diversifié ce gars ! Les innomables, Sambre, Spirou, Les éternels, Lucky Luke, Lolo et Sucette, et j’en passe !

Laisser un commentaire

Bienvenue !

Sur ce blog, nous vous proposons nos avis sur les bandes dessinées que nous avons lues et/ou achetées et nous postons sur la bande dessinée en général.

Créations en tout genre
Visitez le blog de ma chérie, il est plein d'objets sonores, et délires décoratifs !

Pour plus d'infos, allez sur Créations en tout genre
Contact
Nos collec' (BDovore)
Où acheter ces BD ?