sur www.fnac.com

sur www.fnac.com

de Luc Jacamon et Matz

Le personnage principal de cette série est un anti-héro : il est tueur à gages. On ne connait pas son identité, ni d’où il vient, juste comment il a commencé à tuer alors qu’il était encore étudiant. Pendant les six tomes qui composent actuellement la série, le tueur exécute beaucoup de contrats, des pourris, des gens biens, hommes, femmes, enfants, vieillards, tout y passe tant que le commanditaire y met le prix. Le travail est fait proprement, chaque risque calculé, mais des fois, ça dérape. La raison ? La cupidité. Pas celle du tueur mais celle de ceux qui l’entourent. Alors que lui ne cherchait qu’à rassembler l’argent nécessaire pour vivre tranquille dans un trou perdu au Venezuela, il se retrouve pris dans un engrenage lui amenant toujours plus de contrats…

Scénario : 15/20

Simple et efficace, comme le tueur qu’il met en scène, ce scénario impose un rythme soutenu au lecteur qui s’attache rapidement à ce personnage intriguant, qui alterne entre moments pseudo philosophiques et scènes de grande violence. C’est sûrement ce que cette histoire à de plus impressionnant, la capacité de Matz à proposer à la fois une psychologie du personnage très travaillée (retransmise en grande partie par une voix off) et des scènes d’action très brèves, mais époustouflantes de violence et de réalisme. Le tueur nous rabat les oreilles avec son cynisme mais finalement, il nous impressionne, parce que, bien qu’il nous semble parfois à la limite de se déshumaniser, on le voit s’attacher, et réussir à ne pas (trop) mêler travail et vie privée.

Le tueur sur www.fnac.com

Le tueur sur www.fnac.com

Graphisme : 18/20

Au premier coup d’œil, je n’avais pas apprécié, mais en y regardant de plus près, les techniques utilisées par Jacamon est vraiment intéressante et surtout, peu commune. Maintenant, je suis fan !
Les personnages sont encrés (tracés en lignes noirs) et se détachent assez nettement de décors magnifiques dans lesquels les couleurs sont appliquées côte à côte, se touchent, se superposent. L’arrière plan fait donc un peu peinture ou aquarelle.
Voilà pour la première technique un peu particulière. La deuxième est ma préférée, il l’applique lors des scènes de violence intense, le plus souvent sur une double page. Il oublie alors toutes les limites imposées par les cases et les caniveaux. Ces scènes frappent par la façon de découper l’action : les images sont comme brisées et collées les unes aux autres, sans phylactères ou commentaires, toujours avec cet arrière plan très colorés. Le résultat est à couper le souffle ! A lire absolument, ne serait-ce que pour ces quelques pages par album…

Bilan : 17/20

Le tueur sur www.bdselection.com

Le tueur sur www.bdselection.com

Une excellente série ponctuée de meurtres, de complots, de trahisons, un thriller haletant, au scénario efficace et aux graphismes inventifs. A lire d’urgence. La fin du sixième tome annonce sans aucun doute un n°7, les rumeurs sur Internet le prévoient pour bientôt. J’attends donc impatiemment.

Une réponse à to “Le tueur : 1 à 6”

Laisser un commentaire

Bienvenue !

Sur ce blog, nous vous proposons nos avis sur les bandes dessinées que nous avons lues et/ou achetées et nous postons sur la bande dessinée en général.

Créations en tout genre
Visitez le blog de ma chérie, il est plein d'objets sonores, et délires décoratifs !

Pour plus d'infos, allez sur Créations en tout genre
Contact
Nos collec' (BDovore)
Où acheter ces BD ?