Archive pour la catégorie ‘14 à 16/20 : Bien’

Seuls sur www.fnac.com

Seuls sur www.fnac.com

de Bruno Gazzotti et Fabien Vehlmann (Dupuis, juin 2009)

Nous sommes à New York, un matin, les enfants de toute la ville se réveillent et les adultes ont disparu, on ne sait où ni comment. Sont-ils morts ? Mais alors, où sont les corps ? Aucune trace, rien. Les enfants vont progressivement se regrouper en bandes et apprendre à se débrouiller… seuls.

Scénario : 14/20

Vehlmann, je l’adore, c’est le scénariste du Marquis d’Anaon, une excellente et atypique bande dessinée que je chroniquerai sûrement prochainement. Il ne me déçoit pas ici avec le quatrième tome de Seuls. On pourrait à la limite lui reprocher de nous proposer un début de réponse quant à la disparition des adultes qu’à la fin du troisième album (Le Clan du requin), mais le scénario, bourré de péripéties, nous tient trop en haleine. La psychologie des enfants, la façon dont ils arrivent à survivre sans les parents, la formation de groupe hiérarchisés, la répartition des tâches, leur comportement, tout est si bien présenté qu’on ne peut lui en vouloir. Après tout, une fois la raison de la disparition des adultes connue, le scénario perd un gros morceau de l’intrigue. Vehlamnn nous propose donc avec ce tome, une nouvelle tranche de vie du groupe d’enfants mené par Dodji et Leila, que nous suivons début de cette série loin d’être humoristique. Il nous raconte leur vie de tous les jours, leur désarroi, apporte d’autres informations sur le passé, le vécu de chacun, et surtout, relate leur rencontre avec des singes qui vivent autour d’une zone délimitée par des cairns (énormes amoncellements d’objets) peints en rouge.

Seuls sur www.fnac.com

Seuls sur www.fnac.com

Graphisme : 15/20

J’aime en prendre plein la vue, être bouche bé devant le dessin. Gazzotti n’est pas parmi les illustrateurs qui me font cet effet, mais il reste cependant très bon. Ses illustrations sont très épurées, à la Spirou ou Soda (deux personnages dont il a d’ailleurs dessiné les aventures). Ils sont complètements appropriés à un public jeune. L’exactitude du détail ne prime pas, mais les personnages nous semblent directement sympathiques, et pour la plupart, ils le sont. Ce graphisme assez typique de la BD franco-belge à la luckyluketintinspirouasterix reste donc très agréable et nous plonge dans un univers post apocalyptique qui aurait pu être glauque, noir, mais qui finalement reste tout public, bien joué ! Le premier tome de cette série est sorti juste après le dernier Soda est en voyant la couverture, j’ai craqué en retrouvant le dessin de cette BD que j’aime tant. Je crois que ce genre de graphisme ne peut déplaire à personne. Gazzotti est doué, vraiment !

Bilan : 15/20

Une bonne BD, pour passer un moment sympathique sans trop se prendre la tête. Un scénario à la « Y the last man » (chroniqué par Nico récemment) qui tient bien en haleine. Des graphismes agréables, et tout public à un prix très abordable. Bref, un quatrième tome qui comme les précédents, est une réussite !
Tomes :
  • 1 – La disparition
  • 2 – Le maître des couteaux
  • 3 – Le clan du requin
  • 4 – Les Cairns rouges
  • Ajout de dernière minute après une discussion avec Thomas : Seuls est publié dans Mickey, Thomas fait remarquer que le vocabulaire utilisé n’est pas si enfantin que ça (gros mots) pour une BD proposée dans ce type de magazine, personnellement ça ne m’avait pas choqué, et vous ?

    Le déclic sur www.amazon.com

    Le déclic sur www.amazon.com

    de Milo Manara (Drugstore, mai 2009)

    Les connaisseurs, et je sais qu’il y en a parmi vous (Rasp’, c’est quand même chez toi que j’ai découvert Manara il y a cinq ou six ans) diront : « Mais Le déclic, c’est vieux comme tout ! Une nouveauté, ça ?? Tu te plantes complètement mon pote ! »

    Eh ben bon ! Ça vient de ressortir… Après une version noir et blanc, puis une version couleur, la BD mythique de Manara qui a fait monter la libido de bien des personnes, réapparait pour une nouvelle édition aux couleurs retravaillées. Je vous laisse juger de l’évolution de la qualité des couleurs de l’édition couleur de départ (deuxième image) à celle d’aujourd’hui (troisième image).

    Pour les ignares, Le déclic, c’est l’histoire d’un petit boitier qui est un puissant remède contre l’impuissance. Il agit sur le cerveau à l’aide d’un minuscule récepteur qui aura été préalablement greffé. Du coup,  quand on tourne le bouton, la libido monte irrésistiblement.

    Claudia est une bourgeoise très jolie, mais aussi très coincée. Elle disparait deux jours, et quand on la retrouve enfin, elle ne se souvient de rien. Entre temps le fameux émetteur a été volé à son inventeur. Vous devinez la suite… Le boitier est entre les mains d’un voyeur assez sadique, qui va faire de Claudia son pantin, la faisant se déshabiller en public, voir se toucher ou coucher avec n’importe au moindre mouvement du bouton de l’émetteur…

    Le déclic sur www.amazon.com

    Le déclic sur www.amazon.com

    Scénario : 10/20
    Que ça soit clair, ce scénario de Manara est pour adultes, l’idée principale est donc de montrer des fesses, des sexes en érection, des vagins béants, à la moindre occasion. Il n’en reste pas moins que cet italien de renom nous sort une histoire qui tient plutôt la route, et qui a fait rêver toute une génération… Il arrive assez bien à justifier les situations hautes (hot) en émotions tout au long de l’album et fait preuve d’une grande inventivité  et d’un sadisme peu commun envers son héroïne. Comme je l’ai déjà dit, Manara est un habitué de la BD érotique, avec cette série et Gulliverana, un Été indien et El Gaucho (avec Hugo Pratt), Borgia ou le Parfum de l’invisible, il a prouvé qu’il était LE maitre reconnu de la BD érotique. Cependant, on comprend vite que dans cet album, tout va tourner autour du bouton de la machine à libido. Un clic, et elle se déshabille, un autre et elle se frotte au premier homme qui passe, encore un, et c’est parti mon kiki, elle fait la totale…

    Graphisme : 18/20

    Bon ok, Manara, c’est d’abord des femmes toutes nues (j’en rougirai presque :s), mais c’est surtout des femmes bien dessinées ! Il ne faut pas rigoler avec ça, on ne parle pas d’un dessin gribouillé vite-fait

    Bien (de 14 à 16/20)
    20th century boys
    Amerikkka : 1 à 6
    Calvin & Hobbes
    Chat revient
    Chroniques barbares : 1 à 6
    Cyclopes : 3. Le rebelle
    Durango : 1 à 15
    Garfield
    Happy Sex
    His killing plan
    Jeux pour mourir
    Le blog de Franquin
    Le Bois des Vierges : 1. Hache
    Le Combat ordinaire
    Le déclic : 1. Une femme sous influence
    Les aventures de R. Crumb
    Les contres experts à Brooklyn
    Litteul Kévin 8
    Nero : 1 à 3
    One of us : 1. Aldis
    Requiem chevalier vampire
    Sergent Kirk : Première époque (intégrale)
    Seuls : 4. Les cairns rouges
    Soda : tomes 1 à 12
    Spirou et Fantasio : 5. Le Groom vert-de-gris
    Spirou, le journal d’un ingénu
    Western
    fait, on parle d’un dessin réaliste dans les moindres détails (hum hum…), aussi bien pour les personnages, leurs expressions et leurs corps, que pour les décors.

    Le déclic sur www.amazon.com

    Le déclic sur www.amazon.com

    Manara  a un dessin très fin, sensuel, agréable à regarder même sans la présence de scènes dénudées (sisi, je vous jure !). Lui qui est très inspiré de son ami Hugo Pratt, et surtout de Moëbius, voit son génie graphique souvent oublié par ses lecteurs qui se concentrent sur ses seules femmes. Je ne peux qu’avouer que ses femmes sont toujours très belles, avec au premier regard, une certaine fraicheur et une pureté fragile. Au premier regard seulement, car elles se transforment vite en femmes fatales séduisantes, désirables et très aguicheuses.

    Bilan : 14/20

    Bon, c’est plutôt pas mal comme note, surtout pour un album au scénario tourné complètement vers l’érotique. Je pense que graphiquement, les couleurs un peu plus au goût du jour, moins passées, apportent réellement un plus par rapport aux précédentes éditions. Autrement, je ne peux que vous conseiller de lire du Manara, ne serait-ce que pour votre culture. Certaines séries sont vraiment géniales, et beaucoup plus dans le fantastique que dans l’érotique comme les Aventures de Giuseppe Bergman, qui mettent en scène un personnage à qui un maitre de jeu (Hugo Pratt) impose plein d’épreuves dans des mondes inventés. D’autres séries comme Borgia (avec Alexandro Jodorowsky), sont tournées vers l’historique en proposant une version romancée de la décadante famille Borgia, et leur reigne à travers la papauté à Rome.

    Bienvenue !

    Sur ce blog, nous vous proposons nos avis sur les bandes dessinées que nous avons lues et/ou achetées et nous postons sur la bande dessinée en général.

    Créations en tout genre
    Visitez le blog de ma chérie, il est plein d'objets sonores, et délires décoratifs !

    Pour plus d'infos, allez sur Créations en tout genre
    Contact
    Nos collec' (BDovore)
    Où acheter ces BD ?