Articles avec le tag ‘Pratt H.’

Sergent Kirk sur www.fnac.com

Sergent Kirk sur www.fnac.com

d’Hugo Pratt et Héctor Oesterheld

Le sergent Kirk est une tunique bleue. Les guerres indiennes, il connait, il est d’ailleurs resté très remué par le massacre de la quasi-totalité de la tribu des Tchatoosas auquel il a dû participer. Lorsque que son supérieur lui ordonne de mener une énième expédition punitive, Kirk déserte. Pendant sa fuite, il sauvera Maha, fils du chef des Tchatoosas. Il est alors intégré à la tribu sous le non de Whatee.

Scénario : 15/20

L’histoire de fond n’est semble-t-il pas de Pratt, mais d’Héctor Oesterheld. Pratt aurait réécrit les scénarios par la suite. Kirk et la tribu vont de combats en combats, d’alliances en alliances, de victoires en victoires. Pratt et Oesterheld nous présente ici la vie quotidienne des indiens, vécue et retranscrite par un de leurs anciens ennemis et par une voix off omniprésente. Les deux auteurs composent sur le partage des cultures, sur la difficulté de l’acceptation de l’autre de sa façon de vivre, de ses différences et tentent de prouver, dans cette première époque au moins, que l’association et le partage des connaissances rend plus fort.

Sergent Kirk sur www.fututopolis.fr

Sergent Kirk sur www.fututopolis.fr

Dessin : 15/20

Pas de doute, c’est du Pratt ! J’appréciais Corto, mais à petite dose, là j’adore. Kirk a été créé avant Corto, et c’est l’œuvre la plus prolifique, mais sûrement aussi la plus méconnue de Pratt, écrite entre 1953 et 1959 en Argentine. Le sergent est beaucoup moins efféminé que son collègue marin, il est plus trapu, semble plus costaud, plus carré de visage : il fait plus militaire en fait. Je ne vais pas trop décrire le trait de Pratt, puisque Rasp’ l’avait déjà très bien fait dans son article, mais on sent que son trait a mûri entre Kirk et Corto (un détail marrant d’ailleurs, Kirk rencontre un bandit nommé Corto dans une de ses aventures). Je peux juste rajouter que Pratt utilise des cases exclusivement narratives, avec juste comme dessin un objet en rapport avec les westerns (voir sur l’extrait). C’est assez déroutant au début, mais on s’habitue vite.

Bilan : 15/20

Une bonne série western, côté indien dans cette première époque. Que du bonheur, j’ai l’impression de me retrouver dans mes vieux Pilote ou dans les Tex que je lisais enfant. Si vous aimez Pratt et les westerns, à lire absolument ! J’essayerai de lire et de chroniquer la deuxième intégrale qui est sortie en mars 2009. Pour rester sur Pratt et les westerns, je chroniquerai prochainement Fort Wheeling.

Salut!
Ceci est mon premier article… et je l’avoue je m’attaque à un sacré morceau! D’ailleurs « sacré » est le bon terme corto pour décrire cette BD tellement je la vénère. Il s’agit pour l’instant d’un article général, une description tome par tome viendra plus tard.
Revenons donc à nos moutons et commençons par le commencement, c’est à dire qui est Corto Maltèse? Né en 1887, fils d’une gitane et d’un marin anglais, Corto a grandi sur l’île de Malte avant de partir à la conquête des océans. Car oui, Corto est marin, ou plutôt comme il se défini lui même, un « gentilhomme de fortune » c’est à dire pour être plus clair, un pirate/aventurier. On le suit donc à travers ses aventures aux quatre coins du monde, dans les années 10-20.

Scénario: 20/20
Oui je mets la note maximale, non ce n’est pas objectif mais après tout ce n’est pas ce qu’on nous demande hein… Enfin ça reste néanmoins un minimum justifié. En effet les scénarios sont passionnants. Il faut savoir qu’à sa mort la bibliothèque d’Hugo Pratt prenait la majeure partie de sa maison, ce qui donne une bonne impression de la culture que pouvait avoir cet homme et la qualité que pouvaient avoir ses références. Et il faut bien le dire ses œuvres se basant toutes sur un contexte réel, sont extrêmement réalistes d’un point de vue historique, à tel point qu’au fur et à mesure des lectures on en vient presque à se demander si Corto n’a pas véritablement existé.
Mais Corto Maltèse c’est aussi l’aventure avec un grand A, c’est la recherche de trésors perdus que ce soit à travers la jungle amazonienne ou à travers les mystères de Venise, mais aussi la participation à des conflits, qui pour la plupart nous sont inconnus (bien que réels) et le plus souvent en tant que mercenaire.
Il y a aussi des personnages forts, tels que Raspoutine (inspiré du véritable prêtre russe mais sans véritable lien), Bouche Dorée (sorcière vaudou plusieurs fois centenaire), Cush (guerrier de la tribu des Beni Amer), et d’autres.
Enfin Corto Maltèse c’est du mystère, beaucoup de mystère. C’est un univers un peu étrange ou se mêle le symbolisme et le rêve, où on ne sait jamais quelle est la part de « réel » et la part du « fantasme »…

Dessins: …17/20
Alors là on entre sur un terrain un peu glissant…
Yen a qui aiment, yen a qui n’aiment pas….
Disons que ça dépend aussi des albums…
Bref pour faire simple, les dessins sont soit en noir et blanc soit en aquarelle ça dépend des albums et des éditions. Lesiberie dessin en noir et blanc est assez particulier (j’ai pendant longtemps cru qu’il dessinait au marqueur >_<), un peu fouillis, parfois un peu tordu mais qui néanmoins s’apprécie (je vous conseille notamment les éthiopiques et Corto en Sibérie). Les aquarelles sont de toute beauté mais là encore n’attendez pas une précision extrême dans les contours, vous seriez déçu.

Global: 19/20
Bon allez, pas 20/20 parce qu’il y a certains albums qui sont moins bon que d’autres. Mais voilà Corto Maltese c’est le rêve, le voyage, et l’aventure mélangé. C’est divertissant mais ça reste intelligent. C’est engagé mais pas revendicatif. Et puis Corto il a un charisme fou ^^.

Conseils:
Si vous n’avez jamais lu Corto et que vous voulez vous y mettre ces conseils sont pour vous.
La première question serait, par lequel commencer? Et là encore c’est délicat. En effet la chronologie est complexe. Je pourrais vous conseiller La balade de la mer salée qui a été le premier publié qui présenteethiopiques bien certains personnages et l’univers, mais il est long et pas toujours accrocheur au niveau du dessin. Personnellement c’est loin d’être mon préféré. On pourrait dire aussi La jeunesse, mais il a été fait beaucoup plus récemment je crois, et est, pour le coup, peut être un peu trop court. J’aime beaucoup les éthiopiques, il ne présente pas de références à des aventures passées et est vraiment passionnant, mais pour le coup c’est peut être une entrée en matière un peu brutale…
Bref en conclusion:
Si vous voulez commencer « dans l’ordre » quitte à ne pas forcement accrocher au premier coup, vous commencerez par La balade de la mer salée (pour enchainer sur Corto en Sibérie par ex)
Si vous voulez juste avoir un aperçu rapide avec la première rencontre de Corto et de Raspoutine, lisez la jeunesse (puis reprendre sur la balade)
Si vous n’avez pas peur de commencer dans le vif du sujet, lisez les éthiopiques mais pareil, ne tardez pas trop à lire la balade de la mer salée, je trouve qu’il permet de placer un certain nombre de choses, notamment sur les personnages.

La page officielle:
Corto Maltèse
La page de l’éditeur:
Casterman

Bienvenue !

Sur ce blog, nous vous proposons nos avis sur les bandes dessinées que nous avons lues et/ou achetées et nous postons sur la bande dessinée en général.

Créations en tout genre
Visitez le blog de ma chérie, il est plein d'objets sonores, et délires décoratifs !

Pour plus d'infos, allez sur Créations en tout genre
Contact
Nos collec' (BDovore)
Où acheter ces BD ?